Contenu exclusif:

ALEXANDER AMOSU, L’Afrique et le luxe on line

pour le monde avec Lux Afrique Boutique Les achats en...

LESA MILAN, reine de beauté mais surtout plus !

Ancienne lauréate de Miss Jamaica Universe et entrepreneuse jamaïcaine,...

Aline Matsika, un palace en Espagne

Décoratrice internationale qui compte parmi les meilleurs aux États-Unis,...

LES PRODUITS DE BEAUTE AFRO PLUS DANGEREUX ?

Date:

Les produits de beauté peuvent contenir des substances telles que des phtalates et des métaux lourds toxiques pour la reproduction et le développement. Cette information connue depuis plusieurs années et diffusée depuis 2002 par l’Organisation mondiale de la santé, a été reprise dans un article paru dans The Americain Journal Of Obstetrics And Gynecology, Journal américain de l’obstétrique et de la gynécologie. Il s’avère que les femmes afro descendantes présentent dans leur corps des produits chimiques environnementaux liés aux produits de beauté, à des niveaux supérieurs à ceux des femmes caucasiennes ; et cela, indépendamment de leur statut socio-économique. Même de petites expositions aux produits chimiques toxiques pendant les périodes critiques de développement (telle que la grossesse) peuvent avoir des conséquences néfastes sur la santé (effets sur la fertilité, la grossesse, le développement neurologique et sur les cancers). Le comité d’obstétriciens et de gynécologues auteurs de ce rapport souligne, par ailleurs, le danger utiliser des défrisants chimiques, des dépigmentants et les produits d’hygiène féminine, à cause des risques pour la santé qui y sont associés.

De très nombreux produits de beauté sont concernés et même ceux proposés en vente libre. S’il est conseillé de se référer aux marques réputées vertueuses, il n’est pas toujours aisé de le faire. La prudence doit donc rester de mise et ce n’est pas parce qu’une crème est fortement recommandée par une amie ou par une campagne publicitaire qu’elle est inoffensive sur le long terme.

Très peu d’instituts de contrôle existent sur le continent africain et lorsqu’ils y sont présents, la cosmétique n’est pas une priorité pour eux.

Soyons donc nos propres gendarmes et fions-nous à des sources d’information dignes de confiance. Exit les réseaux sociaux donc. Diversifions nos sources d’approvisionnement en évitant les ventes à l’étalage dans les marchés par exemple, qui restent des points de distribution recherchés mais certainement peu contrôlés donc potentiellement dangereux.

Article précédent
Article suivant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux sociaux:

Newsletter

spot_imgspot_img

A la une

Plus d'articles
Similaires

J’AI CONSULTÉ UN MARABOUT SUR INTERNET

La trentaine dépassée, Élise N. a fait appel à...

MON SAC A MOI

Entre les micro, les mini et les petits bags,...

Bijoux bisous

« C’est du toc mais ça ne prétend pas...

Les Sneakers sont faites pour marcher.

Elles paradaient aux premiers et derniers rangs de tous...